Monthly Archives

août 2018

in Tricks & Trucs

Citations

… Rien ne se perd, rien de se crée, tout se transforme

… L’impermanence des choses

… Power tends to corrupt; absolute power corrupts absolutely

… La vie est pavée d’occasions perdues

 

 

 

——–

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » …

… est attribuée à Antoine Laurent Lavoisier ((1743-1794), (souvent présenté comme le « père » de la chimie moderne) est une paraphrase du philosophe grec présocratique Anaxagore ( ddn vers -500 / -428):

« Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau« .

(Wikipédia)

« Lavoisier parlait ici de réactions chimiques et de matière ; il posait le principe de « conservation de la matière » en Physique. Il ne parlait pas encore d’énergie car à son époque, elle n’avait pas encore été inventée.

Cette idée de recherche d’invariance a été menée plus loin par Albert Einstein au début du XXème siècle, incorporant le concept d’énergie : l’équivalence de la masse et de l’énergie, résumé dans le fameux E=mc2 !

Bref, la matière et l’énergie sont équivalentes et peuvent donc se changer l’une en l’autre. La matière peut se transformer en énergie et inversement l’énergie peut se transformer en matière. »

Stéphane THIERS

 

Elle est fascinante à réfléchir, encore aujourd’hui, ne serait-ce qu’en regardant vivre la nature .

—-

Si on parle d’invariance dans les états de la matière qui se transforme, il y a un autre concept intéressant :

 

L’impermanence des choses

 

 

 Une conviction bouddhiste qui m’interpelle et pourtant, l’accepter, est une des choses les plus difficiles à faire dans le monde matérialiste et égocentrique dans lequel je vie.

Je suis toutefois convaincue que son acceptation est une des voies du bonheur et de la liberté.

« Il est important d’accepter cette impermanence, parce que c’est la véritable nature de notre existence et la véritable nature de tout l’univers : tout ce qui apparaît est voué à disparaître et tout change constamment. Et si nous nous attachons trop à ce que nous pensons être nous-mêmes, et que nous n’arrivons pas à lâcher prise, à laisser passer, c’est comme si nous nagions constamment à contre courant, c’est-à-dire que nous nous attachons à des choses qui nous échappent, nous redoutons des choses qui nous arrivent, et donc, il est important de retrouver un esprit fluide, qui, au lieu de considérer l’impermanence comme un scandale, trouve au contraire que c’est une chose tout à fait normale, naturelle et apprend à s’harmoniser avec elle.« 

Source : Site de Pierre Mailhes

Les 4 nobles vérités

Auteurs « vedettes » propageant les valeurs Bouddhistes dans notre monde moderne :

Mathieu Ricard

Thich Nhat Hanh

« Power tends to corrupt; absolute power corrupts absolutely »

An observation that a person’s 
sense of morality lessens as his 
or her power increases.

The statement was made by 
Lord Acton, a British historian 
of the late nineteenth 
and early twentieth centuries.

 Romain Gary
La promesse de l’aube

 « La vie est pavée d’occasions perdues… »

in La vie Paysagée

Italie

Je n’ai pas visité largement l’Italie mais pour l’hérgement, j’ai utilisé Monastery Stays.

Des monastères, à prix abordables.

Bien sûr, Monasteray Stays se prend une petite cote (je dirais autour de 25 euro par nuit) mais ils facilitent grandement les paiements et négociations avec des institutions qui souvent ne parlent que l’Italien.

Tant à la Villa Crawrford (San’Agnello (Sorrento), qu’à la Casa di Accoglienza Suore di Cristo (Rome), la Villa Mesco aux Cinque Terre (Monterosso) qu’à la Casa per Ferie Suore Oblate dell’Assunzione – Borgo Pinti (Florence) …  j’ai été accueilli dans l’humilité avec des chambres propres, souvent modernes, air climatisé … tout ce qu’il faut pour un repos adéquat.

Chacun pour 100 Euro ou moins par nuit.

 

 

in La vie en Mélodies

Amy Whinehouse

Quelle ironie !

Cette charmante jeune dame (1983-2011) , toute la vie devant elle …  possiblement mal gérée ?

Elle chante « Back to Black« , une chanson de 2006, plutôt triste, racontant l’ombre dans laquelle se retrouve une maîtresse …

Puis, la chanson entraînante « Rehab » où elle affirme qu’elle n’a pas besoin de centre de désintox .. son papa lui a confirmé … elle n’en n’a pas besoin !!

… et voilà qu’elle rejoint le « groupe des 27 ans », (Jimmy Hendirx, Janis Joplin, Kurt Cobain, Jim Morrison…) alors qu’on la retrouve décédée, juillet 2011, d’une overdose d’alcool à 27 ans..  alors qu’elle sortait d’une période de sevrage…

Il se trouve que son papa était son gérant et conseiller ..

 

Back to black  (voir « Rehab » tout de suite après )

 

Paroles

He left no time to regret
Kept his dick wet
With his same old safe bet
Me and my head high
And my tears dry
Get on without my guy
You went back to what you knew
So far removed from all that we went through
And I tread a troubled track
My odds are stacked
I’ll go back to black
We only said goodbye with words
I died a hundred times
You go back to her
And I go back to
I go back to us
I love you much
It’s not enough
You love blow, and I love puff
And life is like a pipe
And I’m a tiny penny rolling up the walls inside
We only said goodbye with words
I died a hundred times
You go back to her
And I go back to
We only said goodbye with words
I died a hundred times
You go back to her
And I go back to
Black
Black
Black
Black
Black
Black
Black
I go back to
I go back to
We only said goodbye with words
I died a hundred times
You go back to her
And I go back to
We only said goodbye with words
I died a hundred times
You go back to her
And I go back to black
Paroliers : Amy Winehouse / Mark Ronson
Paroles de Back to Black © Sony/ATV Music Publishing LLC, BMG Rights Management

 


Paroles 
They tried to make me go to rehab
I said, no, no, no
Yes, I been black
But when I come back, you’ll know, know, know
I ain’t got the time
And if my daddy thinks I’m fine
He’s tried to make me go to rehab
I won’t go, go, go
I’d rather be at home with a Ray
I ain’t got seventy days
‘Cause there’s nothing, there’s nothing you can teach me
That I can’t learn from Mr. Hathaway
I didn’t get a lot in class
But I know we don’t come in a shot glass
They tried to make me go to rehab
I said, « no, no, no »
Yes, I been black
But when I come back, you’ll know, know, know
I ain’t got the time
And if my daddy thinks I’m fine
He’s tried to make me go to rehab
I won’t go, go, go
The man said, « why do you think you here?
I said, I got no idea.
I’m gonna, I’m gonna lose my baby
So I always keep a bottle near
He said, I just think you’re depressed
This, me, yeah, baby, and the rest
They tried to make me go to rehab
But I said, no, no, no
Yes, I been black
But when I come back, you’ll know, know, know
I don’t ever want to drink again
I just, oh, I just need a friend
I’m not gonna spend ten weeks
Have everyone think I’m on the mend
And it’s not just my pride
It’s just till these tears have dried
They tried to make me go to rehab
I said, no, no, no
Yes, I been black
But when I come back, you’ll know, know, know
I ain’t got the time
And if my daddy thinks I’m fine
He’s tried to make me go to rehab
I won’t go, go, go
Paroliers : Amy Winehouse
Paroles de Rehab © Sony/ATV Music Publishing LLC
in La vie en Santé

Insuline et prise de poids

Effets sur la santé de l’insulinothérapie

Un diabétique type II n’utilise pas le glucose ingéré correctement.

Normalement, dès qu’on mange des glucides, le corps sécrète de l’insuline pour bien distribuer ce carburant vers les tissus.

« Chez certaines personnes diabétiques de type 2, la production d’insuline par les cellules du pancréas est insuffisante. Chez d’autres, l’insuline produite n’accomplit pas bien son travail; on parle alors de résistance à l’insuline. Dans les deux cas, le résultat est une augmentation du taux de sucre dans le sang (hyperglycémie), car le corps utilise mal le glucose (sucre) comme source d’énergie. »   –  Diabète Canada

Cela peut aussi produire de l’hyperinsulinémie qui amène son lot de symptômes aussi.

 

Le sucre circulant dans le sang, non utilisé par les cellules, est stocké sous forme de graisses.

Souvent, en tant que pré-diabétique qui s’ignore, on mange d’avantage d’aliments riches en glucides parce qu’on cherche de l’énergie (qui n’arrive pas, ou, difficilement).

On développe des goûts et des habitudes alimentaires riches en sucres variés par « instinct ».

Sauf qu’à partir du moment où on corrige ce défaut du système en s’injectant de l’insuline, en continuant de manger comme avant l’insuline, il se peut qu’on prenne du poids parce que, dorénavant l’organisme assimile normalement les aliments et il se peut qu’on mange plus que ce dont notre organisme a besoin pour rester en santé.

Cercle vicieux

La prise de poids est souvent un effet de la résistance de l’organisme aux effets de l’insuline.

Il faudra alors prendre encore plus d’insuline pour permettre au glucose d’accéder à vos cellules.

Plus d’insuline, plus de stockage des graisses ..  plus de poids, encore plus besoin d’insuline pour « percer » les cellules et leur faire assimiler le glucose …

 


 

L’insuline c’est quoi ?

L’insuline est une hormone polypeptidique fabriquée par les cellules β des îlots de Langerhans dans le pancréas.

L’insuline intervient principalement dans le cycle du glucose (sucre).
Son rôle est de maintenir le niveau de sucre présent dans le sang (glycémie) à un niveau stable.

Lorsque la glycémie augmente un peu trop suite à la consommation de produits riches en sucre, c’est l’insuline qui est chargée de transporter ce sucre excédentaire vers les cellules des muscles, du foie mais aussi des tissus adipeux (les graisses).

sucre cellule insuline

Source image : Nutriting.com

C’est une hormone hypoglycémiante, car son rôle est faire baisser la glycémie sanguine.

Le rôle de l’insuline est vitale car avoir trop de sucre dans le sang peut entraîner de graves complications. C’est par exemple ce qui se passe lorsqu’une personne souffre de diabète. L’insuline ne remplit plus son rôle hypoglycémiant à cause d’un dysfonctionnement du pancréas ou à une résistance des récepteurs à l’insuline dans les cellules… Conséquence : le sucre reste dans le sang, la glycémie explose.

Pour résumer simplement :

Votre corps va produire de l’insuline lorsque vous mangez des produits riches en sucre qui vont faire augmenter considérablement votre niveau de sucre dans le sang. L’insuline va donc ramener la glycémie à un taux acceptable, mais cela n’est pas sans conséquences…


L’Insuline et le stockage de graisse : comment ça marche ?

(source: https://www.mangervivant.fr/insuline-cette-hormone-grossir-jour-apres-jour/)

 

L’insuline est chargée de ramener la glycémie sanguine à un niveau équilibré en stockant le sucre excédentaire.

Elle peut stocker ce sucre de 3 façons :

  • Dans les Tissus musculaires sous forme de glycogène.
  • Dans le foie sous forme de glycogène toujours.
  • Dans les tissus adipeux (réserves graisseuses du corps) sous forme de triglycérides (graisses) !

Lors que vous abusez de sucre, les 2 premières réserves (muscles, foie) sont très rapidement saturées. C’est principalement les tissus adipeux qui vont servir de réserve à sucre.

 

Sucre/Glucides = Graisse!

Le corps est très intelligent ! Lors d’un excès de sucre dans le sang il sera capable de “ranger” ce sucre excédentaire dans des sacs spéciaux : les tissus adipeux.

Mais pour que ces sucres puissent entrer dans ces sacs, le corps doit tout d’abord les transformer en graisses, et plus précisément en triglycérides. Cette étape de métabolisation du glucose en triglycéride se passe dans le foie.

La phrase que vous venez de lire contient un message très important et qui ferait du bien à beaucoup de monde :

→ C’est la consommation excessive de sucre qui est la cause principale du stockage de graisse et donc de la prise de poids (Et non pas les graisses alimentaires comme beaucoup de monde le croit encore) !

cycle du sucre insuline prise de poids

De plus en plus de chercheurs poussent un cri d’alarme : Ce ne sont pas les produits gras qui sont responsables de la prise de poids et de l’épidémie d’obésité qui touche le monde mais l’excès de produits riches en glucides !

J’ai déjà écrit un article qui explique bien que les graisses issues de notre alimentation ne sont pas responsables de la prise de poids et qu’elles seraient même indispensables pour notre bien-être… Le monde à l’envers…N’est ce pas ?

 

Poursuivre la réflexion :

https://www.mangervivant.fr/manger-gras-ne-rend-pas-gros/

 

 

 

in La vie en Santé

Mécanisme d’adaptation à l’hyperglycémie

  • Les bonbons industriels sont généralement composés de 57% à 95% de glucides. L’ingestion de sucreries  représente un apport important de sucre pour l’organisme, qui au cours de la digestion, est hydrolysé en oses (glucose).
  • Ce glucose est indispensable à l’organisme. En effet il sert de réserve d’énergie à toutes les cellules et particulièrement aux muscles lors d’un court effort.

 

  • Pourtant si le taux de glucose sanguin (glycémie) est trop important (supérieur à 1 g.Lˉ¹) sur une période prolongée, il est néfaste à l’organisme.
  • Un adulte a en moyenne 5 litres de sang dans l’organisme.

  • 100g de Dragibus (Haribo) apportent  94g de glucides à l’organisme soient 18,8 g.Lˉ¹. Il existe un système de régulation composé du foie, du pancréas  et des cellules de l’organisme qui va abaisser la glycémie jusqu’au taux de glucose sanguin normal (1g.Lˉ¹).
  • 5 heures après avoir été ingéré, le glucose se retrouve dans tout l’organisme. Ainsi 37% sont directement utilisés par les différents organes (soit 20% par l’encéphale,14% par les muscles et 3% par les autres organes). 63% du glucose sont stockés sous forme de glycogène dans le foie(28%) et dans les muscles (13%).

Lorsque la glycémie augmente, le pancréas, une glande mixte (rôle endocrine et exocrine) se met à produire une hormone hypoglycémiante, dans les ilots de Langerhans,  qui favorise l’entrée du glucose dans les cellules hépatiques : l’insuline. Elle se fixe alors sur des cellules cibles comme les cellules hépatiques qui vont effectuer une glycogénogénèse, c’est-à-dire produire du glycogène à partir du glucose. Grâce à tous ces mécanismes, la glycémie retourne à 1 g.Lˉ¹.

 

 

source: http://bonbonsindustriels.over-blog.com/article-2-l-hyperglycemie-et-la-regulation-du-sucre-45960339.html

 

in La vie en Santé

Diabète de type 3 … ?

La démence de type Alzheimer serait dans la mire des chercheurs pour avoir comme un facteur causal, l’hyperglycémie à long terme !…

Sur ce thème, il vaut la peine de lire la page explicative de la Société Alzheimer du Canada.

La recherche a [..] prouvé que, de manière similaire au diabète, le glucose n’est pas utilisé correctement dans le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Ceci peut causer la mort des cellules nerveuses et réduire ainsi la capacité du cerveau à interpréter les messages.

 

« Vous savez, m’expliquait Dr. Pierre Thibodeau, ce qui se passe dans le bout de vos pieds en tant que diabétique, se passe aussi dans votre cerveau… l’hyperglycémie, le diabète ne discerne pas les terminaisons nerveuses qu’il attaque … Il faut vraiment abaisser votre glycémie sous 8 mmol au pc… !

 

image prise sur http://www.docteurclic.com/encyclopedie/hyperglycemie.aspx

 

A 58 ans, je ne sais pas si mes twists de mémoire sont reliés à mon diabète ou à l’âge .. le temps me le dira.  Mais il est certain que c’est très décevant de constater qu’on ne peut plus retenir les concepts comme avant, qu’on peut difficilement faire 2 choses en même temps, qu’on a de la difficulté à tenir 3-4 objets en même temps alors qu’on n’avait aucune peine à le faire il y a à peine 5 ans !!

C’est insidieux, mais c’est très handicapant…

 

 

 

 

« Les études montrent que les personnes atteintes de diabète de type 2 ont 50 % de risque supplémentaire de développer une maladie d’Alzheimer par rapport aux non-diabétiques…  »

« Au niveau du métabolisme cellulaire, il y a une particularité qui intrigue les chercheurs et ui est en passe de révolutionner notre vision de la maladie.   Chez les malades Alzheimer, les neuronnes ne parviennent plus à utiliser le glucose qui est leur première source d’énergie habituellement.

De fait, cette incapacité à utiliser le glucose, certains chercheurs considèrent la maladie d’Alzheimer comme une sorte de diabète du cerveau, un diabète de type 3 . »  écrit Dr. Michèle Serrand, gériatre, Centre Hospitalier Mémorial France Etats-Unis de Saint-Lô, France.

« Aujourd’hui, il n’y a pas de médicaments efficaces pour permettre aux neurones d’utiliser le glucose à nouveau normalement… mais il y a un moyen naturel d’y remédier :  les neurones ont la capacité d’utiliser une autre source d’énergie.  Il s’agit des cétones, des substances naturelles issues des graisses.

..[..]   Lorsque les neurones ont à leur disposition des cétones, on observe une amélioration des performances cognitives et une diminution des troubles.  Si les effets sont modestes pour certaines, chez d’autres, l’évolution de la maladie est ralentie. »

 

Très intéressante théorie, remplie d’espoir !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

in La vie en Santé

Omega 6 – inflammatoires

En général, nous notre alimentation nord-américaine comble bien tous nos besoins en Omega 6.

Il n’est dont pas nécessaire de prendre des compléments.

Il y a aussi une théorie qui veut qu’un excès en oméga-6 procure un environnement inflammatoire pour le système.

Voici les meilleures sources d’Oméga-6 selon « Passeport Santé »

 

https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/PalmaresNutriments/Fiche.aspx?doc=acides_gras_omega_6_nu

in La vie en Lecture

Le Code Obésité – Jason Fung

Code Obésité

Prix :
24,95 $ chez Renaud-Bray – version papier 
Amazon.ca : 23,57$ audio –  17,99$ version électronique Kindle français /  4,99$ Kindle électronique anglais
Auteur : 
Titre : Code obésité : tout ce que vous savez sur la perte de poids est faux

ou

The Obesity Code: Unlocking the Secrets of Weight Loss

Date de parution : janvier 2017
Éditeur : TRECARRE
Pages : 352
ISBN : (papier français) 9782895687078 (2895687072)

 

 

in La vie en Santé

Le céleri est devenu mon meilleur ami !

Il y a beaucoup à dire pour faire le tour des bienfaits de l’alimentation réduite en glucides.

Encore largement contestée en 2018, on verra bien ce que l’avenir lui réserve…

Pour l’instant, pour moi, ça fonctionne!

 

 

  • Perdre 20 livres en 4 mois (pour une personne qui en avait quand même 90 à perdre..)
  • Retrouver sa satiété : ne plus avoir constamment faim
  • Réduire de 20 mm Hg sa pression systolique jusqu’à devoir réduire la médication anti-hypertensive de 60%
  • Réduire l’utilisation de l’insuline rapide aux repas de 80% et maintenir une glycémie autour de 5 à 7 mmol en permanence (en maintenant tout de même l’insuline du coucher et victoza au coucher, pour ma part)
  • L’exercice est excellent, mais pas pour les raisons conventionnelles : « perdre du poids » … l’exercice, surtout des muscles longs (jambes) réduit l’insuline circulante dans le sang, augmente le métabolisme et ainsi, informe le cerveau qu’il ne faut pas abaisser le métabolisme basal parce qu’on mange moins …

Je ne suis pas là pour convaincre qui que ce soit envers et contre tous…

Je tiens seulement à faire un témoignage … à suivre.

Le glucose est un macro-nutriment essentiel pour le fonctionnement du corps humain.

Il fourni aux cellules les bases pour fabriquer leur énergie.

Or, le corps est une machine très autonome pour se satisfaire avec ce qui lui est donné d’ingérer.

Si on lui donne des glucides (format brut non utilisable tel quel)  il trouvera le mécanisme par le foie pour fabriquer le glucose dont il a besoin.

Si on lui donne des lipides, il trouvera aussi le mécanisme nécessaire pour fabriquer du « glucose ».

À la base, les différentes cellules du corps humain, musculaires, cérébrales ou autres, sont verrouillées et le glucose ne peut y entrer librement s’il n’y a pas suffisamment d’insuline circulant dans le sang (la clé) pour « ouvrir » la porte vers l’intérieur des cellules.

Donc, on a besoin du foie pour faire les transformations nécessaires à partir de ce qu’on mange et on a besoin de l’insuline du pancréas, pour permettre l’utilisation du glucose par les cellules.

Et le corps, toujours dans son autonomie extraordinaire, appelle la sécrétion d’insuline dès qu’il a besoin de glucose.

Un problème très grave apparaît quand on n’a pas assez d’insuline : le diabète juvénile (les tous jeunes enfants qui n’auront jamais assez d’insuline pour le reste de leur vie).

Et il y a aussi le problème inverse : quand il y a trop d’insuline circulante : l’hyperinsulinémie.

Les effets de l’hyperinsulinémie sont vastes et sont à la base de la théorie de l’alimentation cétogène.

On la constate chez un type de diabète dit « résistant au glucose et résistant à l’insuline ».

Le cerveau a beau faire sécréter toujours plus d’insuline parce que les cellules « crèvent de faim » et crient à l’aide pour recevoir de l’énergie …  elles sont « malades » ..  ont « changé le verrou de la porte » et la clé usuelle de l’insuline ne fonctionne plus aussi bien.

Le taux d’insuline monte et monte dans le sang, jusqu’à atteindre un niveau qui lui aussi, rend malade..

C’est très grossièrement résumé, mais ça illustrera mon propos sur le diabète type 2 et l’hyperinsulinémie.

L’alimentation cétogène s’appuie sur les méfaits de l’hyperinsulinémie pour expliquer que, plus on en mange de glucides, et plus on en ingère fréquemment dans un 24h, plus notre taux d’insuline dans le sang demeure élevé pour satisfaire le processus d’entrée de glucose dans les cellules.

Puis, quand le seuil nécessaire au métabolisme est atteint, un signal est envoyé pour que l’insuline cesse de faire entrer le glucose dans les cellules, pour qu’il le transforme et le stocke en graisse…  (autre fonction essentielle de l’insuline).

Tous les glucides ingérés à partir de là  (seuil de glucose atteint) ne seront que stockés en graisse … jusqu’à ce que le corps ait à nouveau besoin d’énergie (glucose).

 

Donc, le diabétique de type 2, qui est la majorité du temps insulino-résistant, se retrouve devant un dilemme lorsqu’il tente de perdre du poids par la méthode « classique » qui consiste uniquement à dépenser plus de calories qu’on en ingère.  Dès qu’il mange des glucides, même en quantité dite « raisonnable », il se retrouve avec un taux élevé d’insuline dans le sang et ce taux élevé force le stockage en gras.

Il a faim, ses cellules crient « donnez-nous du glucose » …

Il mange d’avantage …  mais les cellules résistent en raison de leur maladie, résistance à l’insuline.  Il crée d’avantage d’insuline parce que c’est le mécanisme « connu » pour satisfaire les cellules … mais par ce fait, il stocke encore plus de gras, tout en satisfaisant très peu les cellules.

L’organisme se fatigue, ses cellules sont affamées.

Il augmente son poids … ce qui l’affaiblie d’avantage car il est de plus en plus lourd pour ses articulations des membres inférieurs … ce qui le pousse à réduire les activités physiques … puis un cercle vicieux s’installe, la sédentarité, le stockage de gras, la prise de poids ….

Ce gras a tendance à se stocker autour de l’abdomen .. puis dès lors, ce sont les maladies cardio-vasculaires qui le guettent. …  les problèmes de cœur et d’hypertension.

Une ironie impressionnante du traitement du diabète de type 2, c’est que lorsque les hypoglycémiants oraux ne sont plus suffisants, on ajoute de l’insuline pour traiter l’hyperglycémie (résistance au glucose).

Et ça fonctionne!!

Jusqu’à ce qu’on sature le sang d’insuline, créant d’autres problèmes de santé, découlant de l’hyperinsulinémie…

 

L’alimentation cétogène propose une alternative : changer de carburant, réduire à presque néant les glucides ingérés :  il n’y aura plus de commande d’insuline parce que presque pas de glucides dans la circulation.  Plus d’hyperinsulinémie, réduction des problèmes qui lui sont secondaires.

Plus de glucides, plus d’hyperglycémie, réduction de tous les effets néfastes du diabète de type 2…  jsuqu’à renversement complet pour certaines personnes  (prises à temps – sous supervision médicale).

Moins d’insuline circulant, moins de message aux reins de « retenir l’eau et le sel » …

Résultats : certaine réduction de l’hypertension artérielle.

J’en suis à mon 4e mois d’alimentation réduite en glucides  (pas toujours compliante au stricte cétogène) et ma tension artérielle est abaissée de 20 mm Hg  (passée de 140 systolique à moins de 120 mm systolique).

Je prenais 10 à 15 un. D’insuline rapide à chaque repas + insuline lente au coucher :  j’en suis rendue à seulement de l’insuline lente au coucher.   2-3 fois par semaine, j’ai besoin d’un peu de rapide après le dernier repas de la journée.

Ma glycémie demeure entre 5 et 7 constamment..  alors qu’elle était entre 6 et 10 mmol auparavant, malgré l’insuline rapide.

J’ai perdu 20 livres en 4 mois.  J’en ai encore au moins 50 à perdre…  C’est lent et c’est très bien comme ça.  Plus ou mois 1 livre par semaine.

Que veut dire alimentation réduite en glucides ?

  • Moins de 100g de glucides par 24h.

Alimentation cétogène ?

  • Moins de 20g de glucides par 24h.à

 

Alors voici …

Le guide alimentaire canadien, par exemple, permet autour de 300g de glucides par jour (basé sur une diète de 2000 calories par jour (  https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/nutriments/glucides.html)

 

Un diabétique devrait ne prendre qu’autour de 150 g de glucides par 24h

45 à 70 g par repas et 15 à 30 g par collation ..

Si on va au minimum de ces valeurs :  3 repas x 45g = 135g  + 2 collations de 15g = 30 g

Donc, on admet, dans la science nutritionnelle actuelle, que 165g de glucides par 24h est réaliste pour un diabétique.

( https://www.diabete.qc.ca/fr/vivre-avec-le-diabete/alimentation/alimentation-et-nutriments/les-glucides )

(vous noterez que cette page dit justement un mot sur les diètes riches en lipides et pauvres en glucides …   c’est ok.  On reste transparent.  Pour l’instant, 2018, les preuves scientifiques ne sont pas assez concluantes)

 

Autre site très reconnu scientifiquement qui exprime une opinion dubitative sur l’alimentation cétogène :

http://www.extenso.org/article/les-dietes-a-teneur-reduite-en-glucides-sont-plus-efficaces-que-les-dietes-conventionnelles-pour-assurer-une-perte-de-poids-a-long-terme/

 

Pour ma part, seulement 4 mois de faits.

Si je poursuis, c’est parce que mon diabète va mieux ainsi que ma pression artérielle.

 

Mon témoignage

Je suis diabétique et cette théorie me va très bien!

Diabétique type II depuis l’âge de 35 ans, (peut-être même avant !) il est indéniable que j’ai la dent sucrée.

Quand j’ai dû débuter l’insuline vers l’âge de 51 ans, ça été un choc mais aussi le début des plus grandes difficultés à perdre du poids, même si je m’y mettais sérieusement.  Ajouter à cela la ménopause et puis voilà, le voile devient pratiquement imperméable ….  en tout cas avec les moyens traditionnels que j’utilisais plus jeune, pour maigrir…

 

 

21 jour sans sucre …

Puis, en janvier 2018, résolutions du nouvel an aidant 😉 …  je me suis inscrite au groupe de Nathalie Tremblay : « Défi 21 jour sans sucre« .

J’ai bien suivi les conseils (c’est un très bon programme) mais voilà … je n’ai perdu aucune livre !!  Pas 100 gm … rien … nada ! Je me suis même mise à prendre des marches quotidienne, (quasiment le seul exercice acceptable pour mes pauvres chevilles et genoux avec tout ce surpoids …)  et malgré une meilleure souplesse, je ne perdais toujours pas de poids.

Ayant fait un bon bout de chemin à éliminer tout le sucre concentré de ma diète, je n’ai pas recommencé, malgré la fin du programme.

Ce n’est pas le programme qui n’est pas efficace : c’est que pour la première fois de ma vie, c’était devenu très difficile de perdre du poids en raison de tous mes facteurs de santé associés : syndrome métabolique associé au diabète II, toute l’insuline que je prends,  le jeu des hormones de la ménopause, l’hypothyroïdie et l’âge où le métabolisme demande moins d’énergie ingérée (calories) pour fonctionner.

Je suis convaincue que plusieurs femmes se seront reconnues avec ce profil … on est une belle gang au Québec et partout dans le monde ! 😉

 

« J’ai perdu 18 livres … tu devrais l’essayer! »

En mai, j’ai cette collègue retraitée qui vient déjeuner et qui m’annonce : « J’ai perdu 18 livres en 10 semaines, je n’ai plus faim et je me sens mieux que jamais ! Tu devrais l’essayer! »

Diane et moi, on s’est suivi pendant plusieurs années, de diète en diète, au travail … toujours pour revenir au point de départ.. non mais, c’est tu pas frustrant !!?

Avec le même cynisme que pour les dernières tentatives, je me suis mise à explorer ce qu’était la diète dite « Cétogène » .

En plus de couper le sucre raffiné et les desserts (ce qui était déjà acquis depuis janvier), on enlève les fameux « 4 P  »  …  pain, pommes de terre, pâtes, pâtisseries … tous les féculents (riz, pois verts, maïs, légumineuses … et même la majorité des fruits!!)  en plus des céréales… quand on dit PAS de sucre sous aucune forme, on est sérieux ici !!  lol !

(ceci dit …  c’est au « degré intensif » pour perdre du poids qu’on va jusque là … )

Si c’était seulement ça !  ..  « tout le monde peut maigrir, me direz-vous, en enlevant tout ça de la diète  » … !

« Sans ingestion de glucides, on ne peut survivre longtemps » me direz-vous …  pas de carburant rapide et surtout, avec le cerveau qui requiert sa dose de glucose pour fonctionner…

« Le cerveau a besoin de glucose pour fonctionner… « pas de glucides, dirait Dr. Èvelyne Borduas-Roy … du glucose! « 

Dr. Roy est fondatrice de la clinique Reversa, seule clinique au Québec à exercer selon les études du Dr. Jason Fung, auteur du « Code Obésité ».  Celui-ci a développé une théorie sans précédent sur les raisons de l’obésité.  Il exerce à Toronto, Canada.

Dr. Roy a été se former auprès de lui et son équipe.  Elle a été tellement impressionnée qu’elle a « acheté … heu ..  le concept » ! …   dans le sens qu’elle est maintenant convaincue de pouvoir réellement aider sa clientèle souffrant d’obésité avec un plan de traitement efficace, et elle a fondé la clinique Réversa (Montréal, Abitibi et Contre-Coeur)

 

Je n’ai plus faim …

Quand on force le corps à transformer les réserves de gras en glucose, on provoque un état « cétogène » et cet état nous enlève le sentiment de la faim.

Ne plus avoir faim est le bienfait qui arrive le plus rapidement avec cette « diète ».  Après 3-4 jours (parfois 6-7 jrs), ça y’est!.

Et là, le corps va chercher son glucose à partir des graisses que va métaboliser le foie, et quand il n’en n’a pas assez, il va puiser dans nos réserves (nos hanches, notre doux bedon rond, etc..).

Il y a une période d’ajustement pour le système qui doit apprendre à changer sa source de carburant: le gras au lieu des glucides (qui sont plus faciles à obtenir.)

Cette période peut prendre 1, 2, 3 jusqu’à 6 semaines avant qu’on retrouve toute son énergie pour avoir l’endurance qu’on avait dans les sports  (plus on est athlète de haut niveau, plus c’est long)…  mais attention, cette période d’adaptation est critique pour l’abandon :  si on n’équilibre pas son intake en « gras » et en « sel », on sera faible et on voudra abandonner…

L’idée est de dépasser cette phase, avec un équilibre dans l’ingestion des gras et des protéines, agrémenter de sel pour maintenir une bonne pression artérielle et boire beaucoup d’eau.

Attention, si on a déjà une condition cardiaque : de l’arythmie, de l’insuffisance cardiaque, de l’hypertension, des problèmes rénaux…  tout est dans l’équilibre et une assistance médicale est requise.

 

Renverser l’hyperglycémie et l’hypertension ?

Mais le plus fantastique dans tout ça n’est pas nécessairement la perte de poids … c’est le retour à la santé et le renversement de certains problèmes de santé : plusieurs diabétique type II ont pu réduire, voire retirer l’insuline de leur tableau de prescriptions ; d’autres ont pu réduire, jusqu’à éliminer les anti-hypertenseurs…

Moins de pilules, moins d’effets secondaires … retour plus près de la santé qu’on avait AVANT de devoir prendre ces médicaments.

Enfin, cette nouvelle tendance dans la science médicale indique que ce n’est pas tant le « gras » qui est problématique pour les maladies cardiaques, la stéatose hépatique, l’hypertension, la cholestérolémie même …  c’est la combinaison « sucre et gras » qui serait en cause.  Les triglycérides …

On sait que le cholestérol élevé n’est que peu modifié par la diète (surtout génétique/héréditaire)

Insuline, résistance insuline, gras abdominal …  cercle vicieux

Les théories qui guident les nutritionnistes depuis les années ’60 sont toutes reliées à une seule cause : l’alimentation trop grasse et l’ingestion indue de calories par rapport au nombre dépensé par l’activité physique.

Cette nouvelles théories « trending » des années 2010 et plus, tend à démontrer que c’est le sucre, et non le gras, qui en en majeure partie la cause.

Qui n’a pas essayé de marcher/courir pour éliminer les calories ingérées par un cornet à la crèmerie ou un beigne-café chez Tim ?  Avez-vous compter le nombre de minutes intensives qu’il faut pour annuler l’effet des calories coupables ?

Je réitère que l’exercice est important pour maintenir la santé des articulations, la circulation dans tout le corps, l’apport en énergie dans tous nos organes et l’élimination … c’est même essentiel!

Mais il y a + dans l’équation que d’équilibrer les intrants et extrants de calories pour maintenir ou perdre du poids.

C’est ce que cette théorie tend à démontrer.

 

Autres éléments complémentaires

20,95$ CDN chez Costco

 

Autres sites d’information intéressants

 

Entrevue avec Dr. Borduas-Roy à TVA en février 2018

https://www.tvanouvelles.ca/2018/02/02/perdre-du-poids-en-mangeant-plus-de-gras

 

Le jeûne intermittent, complément au phénomène cétogène

https://idmprogram.com/the-beginners-guide-to-intermittent-fasting/

 

Pour suivre Dr. Fung sur Facebook   

https://www.facebook.com/jason.fung.313

 

Longue liste de signataires, médecins, en soutien à la théorie que défend Dr. Borduas-Roy, envers et contre certains détracteurs

https://accesholistic.ca/boutique/fr/articles-a-lire/article-du-dre-bordua-roy-c91c101/

 

Témoignage probant  

https://www.jydionne.com/n1-ma-diete-ceto-3-mois-plus-tard/